Juché là

Vide
fleur
cloche
beurre
écarte de la tête tout ce qui
toque
Ouvre fenêtre
chasse l’air
marche sur haut-parleur désert
dans les blocs
dans l’arc desbruyères
dans ballon bleu qui enfle
comprends le sens de la
lumière
Arase l’arme
flaire le long d’un tourbillon d’eau claire

S’évase se corse
penche au rebord d’un raffinement enfoui
sonde la truite
comble la nuit
entre l’assuré et
l’écorce
filtre des mousses
avale son chemin
pisse sa force
renaît d’entre ses mains
jette un oeil
puise un regard
laisse éventré un sourire et part
dépense corps
dépêche l’arme
sans savoir sans retenir rien
plie la branche
lève l’hache
jusqu’au fil aérien où
file flèche :
moi l’an 2000

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s